Comment la pleine conscience m’a aidé à devenir mon propre meilleur ami

« Avec la pleine conscience, vous pouvez vous établir dans le présent afin de toucher les merveilles de la vie qui sont disponibles à cet instant. »

Thich Nhat Hanh

Je ne suis pas un bon ami pour moi-même. Cette prise de conscience m’a secoué alors que je rentrais en bus de l’université locale où j’enseignais.

Cette prise de conscience était en cours depuis un certain temps, mais elle m’a frappé avec force ce jour-là. Je donnais un cours d’été sur la philosophie asiatique, et nous lisions les Dits du Bouddha. Nous avions discuté d’un passage concernant un moine qui surveillait ses sentiments.

Ce passage expliquait que lorsque le moine éprouvait des sentiments heureux, il savait qu’il en éprouvait. Et quand il avait des sentiments malheureux, il savait qu’il avait des sentiments malheureux. Le passage poursuit en disant que le moine, au fil de sa journée, s’observait dans toutes ses actions. S’il coupait du bois, il savait qu’il coupait du bois. Et s’il balayait le sol, il savait qu’il balayait le sol.

Le Bouddha explique qu’une telle attention nous aide à réduire notre propre souffrance.

Un de mes étudiants a dit : « Je ne comprends pas. En quoi est-ce censé être utile ? » Je n’avais pas de réponse. Si j’étais honnête avec moi-même, m’observer constamment et remarquer mes sentiments et mes actions me semblait lent, banal et ennuyeux. J’ai dit à mon élève que je ne connaissais pas la réponse à sa question, mais que j’y réfléchirais et que je reviendrais vers lui.

Alors que je me dirigeais vers le bus après le cours, j’ai pensé : « Si je ne pense pas à mes sentiments et à mes actions, à quoi est-ce que je pense habituellement ? » J’ai réalisé que je pensais habituellement à tout sauf au moment présent.

Par exemple, je pensais souvent à un regret passé. Ou je pensais à une inquiétude future. Ou encore, je passais beaucoup de temps à ruminer ma vie actuelle et à trouver tout ce qui n’allait pas avec elle ou tout ce qui n’allait pas avec moi.

En prenant le bus pour rentrer chez moi, je me suis rendu compte que je pensais à tout sauf à moi, tel que je suis dans le moment présent. Et c’est là que j’ai compris. Je ne suis pas un bon ami pour moi-même.

J’ai réalisé que si je traitais mes amis comme je me traitais moi-même, je ne les écouterais jamais vraiment lorsqu’ils me parleraient. Au contraire, je penserais au passé, je m’inquièterais de l’avenir et je trouverais des défauts chez eux et dans tout ce qui nous entoure.

Et ce n’est pas comme ça que je traite mes amis. Je fais de mon mieux pour être là pour eux quand ils ont des difficultés, pour les écouter et pour les encourager autant que possible. Être un bon ami est l’une des choses les plus importantes pour moi.

Je me suis rendu compte que traiter mes amis comme je me traite moi-même détruirait notre amitié. Ils auraient l’impression que je ne me soucie pas d’eux, voire que je les déteste. Et cela m’a choqué, car si un tel comportement était destructeur pour mon amitié avec les autres, j’ai réalisé qu’il était probablement destructeur pour ma relation avec moi-même. Je me suis dit qu’il n’était pas étonnant que je me sente souvent stressée, anxieuse, peu sûre de moi et sans valeur personnelle. J’ai décidé que cela devait changer.

Plus tard ce jour-là, j’étais assis dans mon bureau et je pensais à tout cela. Dans un moment d’inspiration, j’ai mis la main sur mon cœur et je me suis engagée à être ma meilleure amie à partir de maintenant, à être présente et à écouter.

À ma grande surprise, j’ai senti un grand poids tomber de mes épaules et des larmes remplir mes yeux. À ce moment-là, j’ai compris que, entre autres choses, la pratique de la pleine conscience nous aide à devenir notre propre meilleur ami, ce dont j’avais apparemment besoin depuis longtemps.

Lorsque nous sommes attentifs à nos sentiments et à nos actions, nous marchons avec nous-mêmes tout au long de la journée, nous nous écoutons et nous reconnaissons comment les choses se passent dans notre monde. La pleine conscience nous aide à faire cela avec une attention aimante et douce et une compassion sans jugement. Ce sont là quelques-uns des plus beaux cadeaux que nous puissions nous faire à nous-mêmes ou à quiconque.

Depuis cet été, j’ai toujours pratiqué la pleine conscience, de manière informelle et formelle. Au cours de ma journée, je fais de mon mieux pour rester présente au moment présent, en prêtant attention aux événements qui se déroulent autour de moi, ainsi qu’à mes sentiments. Cela m’aide à me sentir plus calme, plus concentrée et plus joyeuse.

Par exemple, il y a plusieurs années, j’étais particulièrement anxieuse un été. Lorsque j’ai remarqué que je me sentais ainsi, je me suis arrêté et je me suis demandé ce qui se passait et ce dont j’avais besoin. Étonnamment, j’ai reçu un message très clair de mon cœur et de mon esprit. Ils m’ont dit : « Tu es resté trop souvent à l’intérieur ces derniers temps, et tu dois sortir davantage ».

Je me suis écoutée et j’ai commencé à faire des promenades quotidiennes dans une forêt près de chez moi. À ma grande surprise, mes niveaux de stress et d’anxiété ont commencé à diminuer, et je me suis sentie plus paisible. Ces promenades quotidiennes font toujours partie intégrante de ma pratique d’autogestion de la santé, et elles m’ont été particulièrement utiles pendant le stress de la pandémie. C’est grâce à la pleine conscience que j’ai découvert l’importance de prendre soin de soi.

J’ai également essayé de faire des pauses intentionnelles dans ma journée pour me concentrer sur ma respiration et ma conscience. Parfois, je fais une courte séance d’entraînement au cours de laquelle je ferme les yeux et me concentre sur dix respirations. Parfois, j’écoute des méditations guidées qui m’aident à me détendre, à me concentrer sur mes pensées et à remarquer les tensions que j’ai dans différentes parties de mon corps.

Peu importe le niveau de stress de ma journée, ces moments de conscience intentionnelle sont comme une oasis. Ils m’aident à me reconnecter à moi-même et à mon intention d’être ma meilleure amie. Je les termine en me sentant aimée, en paix et prête à me reconnecter au monde.

Depuis quelques années, je pratique également des moments de silence avec mes étudiants au début des cours que je donne dans un collège local. Au début du cours, j’éteins les lumières, je m’assois avec eux et je les invite à faire silence avec moi. Je demande à chacun d’entre nous de se concentrer sur sa respiration pendant quelques minutes. Je ne force jamais les élèves à s’engager dans ce moment de silence. Je leur demande seulement de se taire pour que les autres puissent pratiquer.

Souvent, avant les moments de silence, je partage des idées brèves et encourageantes, leur rappelant qu’ils sont dignes, capables, connectés et appelés à l’aventure. Cette aventure est leur capacité à être leur propre ami et à se connecter de manière significative au moment présent et au monde qui les entoure.

J’ai été très surprise de voir à quel point mes élèves ont bien accueilli ces moments de silence. La classe devient calme, paisible. De nombreux élèves ferment les yeux et se concentrent sur leur respiration. D’autres regardent simplement autour d’eux et laissent leur esprit se détendre. Nous terminons le moment de silence avec de l’énergie pour notre discussion et notre étude en classe.

Les élèves disent souvent que la minute de silence est l’un de leurs seuls moments de paix de la journée et qu’elle les aide à faire la transition vers la classe. Une fois, un élève a écrit sur une évaluation : « Merci de nous rappeler notre valeur ».

La culture contemporaine est de plus en plus bruyante, frénétique et fragmentée. Son atmosphère hypercompétitive peut nous monter contre nous-mêmes et contre les autres. Dans un tel environnement, il est facile de se concentrer sur tout sauf sur notre propre expérience du moment présent et sur la beauté qu’elle recèle.

La pleine conscience m’a rappelé que le but premier de ma vie n’est pas de faire et d’avoir plus. Mon but premier est d’être mon meilleur ami et de savourer la beauté du moment présent.