Comment répondre aux personnes négatives sans être négatif ?

« Ne laissez pas le comportement des autres détruire votre paix intérieure ». ~Tenzin Gyatso, 14ème Dalaï Lama

Une ancienne collègue de travail semblait parler sans cesse et bruyamment, interrompre sans cesse, faire des commérages sur quiconque n’était pas dans la pièce, se plaindre constamment et vivre assez heureusement en martyr.

Il semblait que rien ni personne n’échappait à sa tournure négative. Elle était douée pour ça. Elle pouvait transformer le moment le plus heureux de la vie de quelqu’un en une erreur épouvantable. Elle semblait y prendre plaisir, aussi.

Au début, mon esprit critique pensait que son comportement était tout à fait inapproprié. Je ne l’approuvais tout simplement pas. Mais après des semaines de travail avec elle, l’idée de passer ne serait-ce qu’un moment de plus en sa présence m’a fait entrer dans, eh bien, dans son monde.

Sa négativité était contagieuse. De plus en plus, je me retrouvais à penser à sa négativité, à parler aux autres de sa négativité et à me plaindre de sa négativité constante.

Pendant un certain temps, cependant, je l’écoutais chaque fois qu’elle me suivait à la cantine ou aux toilettes. Je ne savais pas quoi dire, ou faire, ou même penser. J’étais captive.

Je m’excusais dès que possible de ce bavardage à sens unique, souhaitant un jour être assez honnête pour lui dire gentiment que j’avais choisi de ne pas écouter les ragots. Au lieu de cela, j’ai choisi l’évitement. J’ai évité le contact visuel, et tout contact. Dès que je la voyais arriver, je me mettais en route et je m’enfuyais rapidement. J’y ai travaillé dur, aussi.

Et c’était épuisant, car que je l’écoute ou non, ou que je parvienne même à lui échapper momentanément, j’étais toujours captive de sa négativité.

Je n’avais des contacts avec elle qu’une poignée de fois par mois, mais sa présence négative persistait dans ma vie. Et je n’aimais pas ça. Mais ce que je n’aimais pas n’avait pas vraiment d’importance : je voulais regarder à l’intérieur de moi pour trouver un moyen de m’échapper, pas seulement de l’éviter, mais de me libérer de l’emprise que cette négativité avait sur moi.

Quand j’ai regardé à l’intérieur de moi, j’ai vu que c’était moi qui exagérait le négatif.

J’ai choisi de garder la négativité en moi, même quand elle n’était pas là. Cette négativité était la mienne. Ainsi, comme pour la plupart des choses désagréables dans la vie, j’ai décidé de m’assumer et de faire un pas en avant, de prendre la responsabilité de ma propre négativité.

Au lieu de blâmer, d’éviter et de résister à la vérité, j’allais l’accepter. Et, d’une certaine manière, j’ai cessé d’exagérer les aspects négatifs.

J’ai accueilli la situation telle qu’elle était, en m’ouvrant aux possibilités de changement en moi et autour d’elle.

Je connaissais bien les tendances actuelles en matière de santé émotionnelle, qui nous disent de nous entourer uniquement de personnes heureuses et positives et d’éviter les personnes négatives – la stratégie du « nous contre eux » pour une meilleure santé émotionnelle. Mais je voyais cela comme une déconnexion.

Nous avons tous des moments où nous accentuons le positif et des moments où nous exagérons le négatif. Nous sommes tous connectés en cela.

Au lieu de continuer à me déconnecter, à éviter de côtoyer la négativité tout en niant la mienne, j’ai voulu me reconnecter, avec compassion et gentillesse envers nous deux.

Elle et moi avons partagé cette négativité ensemble. Et une fois que j’ai fait le lien et vu notre lien, quelques pensées simples et peut-être un peu plus attentives ont commencé à entrer dans mon esprit et mon cœur. Cette reconnexion serait rendue possible par l’amour.

Et ces petites pensées simples, induites par l’amour, ont donné quelque chose comme ceci :

  • La patience peut s’asseoir avec la négativité sans devenir négative, sans se précipiter pour s’échapper, ou sans désirer se déconnecter de ceux qui choisissent la négativité. La patience me calme.
  • Quand je suis calme, je peux changer ma façon de voir la situation. Je peux voir la vérité. Au lieu de me concentrer sur ce que je n’aime pas, je peux voir des solutions positives. Je peux faire face à la situation.
  • Je peux essayer de voir la situation du point de vue de l’autre personne. Pourquoi cette femme choisit-elle ou a-t-elle besoin de parler avec autant de négativité ? Je peux faire preuve de compassion.
  • Pourquoi ce que cette femme choisit ou a besoin de dire m’irrite, me met en colère ou me donne du ressentiment ? J’ai laissé ses mots pousser mes boutons de négativité. Je ne peux pas lui en vouloir.
  • Elle ne sait même pas que mes boutons existent. Elle ne se préoccupe que de ses propres besoins. Je ne lui ai même jamais dit à quel point sa négativité me dérangeait. Je vois ce qu’il en est vraiment.
  • Je vois que nous sommes tous les deux malheureux avec notre négativité partagée. Les gens qui se plaignent, font des commérages et se sacrifient pour les autres ne sont pas heureux. Je peux aider à nous libérer tous les deux.
  • Je ne ferai qu’aider. Je ne ferai aucun mal. J’ai de la compassion pour nous deux. Je ferai preuve de bonté envers nous deux. Je cultiverai l’amour pour nous deux. Je choisis de me reconnecter.
  • Je commencerai par moi, puis je partagerai l’amour avec les autres. Que je sois bien et heureux. Que notre famille soit heureuse et en bonne santé. Qu’elle soit heureuse et en bonne santé. Je choisis l’amour.

Et chaque fois que je la voyais, je la saluais avec un sourire aimable. J’écoutais parfois ses histoires, m’excusant lorsque ses mots devenaient méchants, un peu comme je l’avais fait auparavant. Mais j’ai remarqué que la négativité ne persistait plus en moi. Elle a disparu dès que j’ai recommencé à choisir l’amour. J’étais libérée. Et j’étais plus heureux. La compassion, la gentillesse et l’amour m’avaient rendu ainsi.

Mon désir n’était pas de dire ce que je pensais pour essayer de changer le sien, pour changer son besoin apparent de choisir des mots négatifs. J’espérais qu’elle pourrait se libérer de la négativité et se libérer en choisissant la positivité à la place. Notre reconnexion était complète, assez illimitée aussi, et cela m’a donné l’espoir que le bonheur pouvait être le nôtre, partagé par notre connexion.

Je continue à cultiver cette connexion aimante, en faisant preuve de compassion et de gentillesse chaque fois que les gens, moi y compris, choisissent de prononcer des mots négatifs, car nous le faisons tous de temps en temps. Nous sommes positivement connectés dans cette histoire de négativité, et dans tout le reste. Et la compassion, la gentillesse et l’amour nous connectent tous heureusement.