Contrôlons-nous trop nos enfants et leur enlevons-nous trop de choix ?

Jusqu’où peut-on aller lorsqu’il s’agit de contrôler nos enfants ? Sommes-nous protecteurs ou surprotecteurs ? Les incitons-nous à faire des choix intelligents ou les poussons-nous à les faire de toutes nos forces ? Où se situe la limite entre l’autorité et l’autoritarisme ? Discutons-en.

contrôlons-nous trop nos enfants ?

Jusqu’où peut-on aller lorsqu’il s’agit de contrôler nos enfants ?

Votre fils adolescent veut se teindre les cheveux en bleu. Plus tard dans la semaine, il annonce qu’il veut quitter l’école. Votre fille, qui aimait autrefois le rose, se dit gothique et ne portera plus que du noir. Oh, et elle veut dépenser tout l’argent qu’elle a économisé ces dix dernières années pour prendre des leçons d’équitation, alors qu’elle n’a jamais vu un cheval en personne, et encore moins monté dessus.

Honnêtement, je ne sais vraiment comment je réagirais dans UN seul de ces scénarios (il est absolument hors de question que je laisse mon enfant quitter l’école). Pour les autres, je dois vraiment y réfléchir. Même une fois que j’ai pris ma décision, je dois me demander si c’est la bonne pour moi ou si je ne fais que penser à ce que j’attends d’eux.

En fin de compte, je laisserais probablement mon fils se teindre les cheveux, mais à condition qu’il utilise une teinture temporaire. Mais il ne quittera l’école sous aucun prétexte. Je laisserais ma fille porter du noir, à condition qu’elle s’en tienne à des vêtements adaptés à son âge en général. Quant à dépenser toutes ses économies pour des leçons d’équitation, je pense que je ferais probablement un compromis avec elle. Je lui dirais de prendre UNE leçon d’abord, puis de continuer.

Si leurs choix n’affectent pas leur avenir, laissez-les décider par eux-mêmes.

Je crois fermement qu’il faut élever des enfants indépendants, et j’essaie donc d’éviter autant que possible d’étouffer leur créativité et leur processus de découverte de soi. Ainsi, lorsque j’essaie de déterminer si je dois les laisser faire un choix ou intervenir et le faire pour eux, je me demande : « Est-ce que cela va affecter leur santé ou leur avenir ? »

Arrêter l’école affecte à 100% l’avenir, donc c’est tout simplement hors de question. Par contre, je voudrais savoir pourquoi mon enfant veut quitter l’école, alors nous aurions certainement une longue conversation à ce sujet. Dans mon esprit, cependant, la couleur des cheveux s’estompe (ou disparaît en grandissant) et les vêtements ne sont que des vêtements. Ni l’une ni l’autre n’affecte vraiment mes enfants au-delà du moment présent. La seule chose qui soit un tant soit peu douteuse est la coloration des cheveux. Donc, même si je dirais probablement oui, je m’assurerais qu’ils utilisent un produit non toxique et sans danger pour les enfants.

Dépenser toutes ses économies pour quelque chose qu’ils ne sont pas sûrs d’aimer, peut affecter leur avenir un peu plus. Au minimum, c’est quelque chose qu’ils pourraient vraiment regretter plus tard dans leur vie (comme lorsqu’ils auront 16 ans et réaliseront qu’ils auraient pu acheter une voiture avec tout l’argent qu’ils ont gaspillé). Donc, je ferais certainement plus attention à cette décision et je donnerais plus de conseils.

Les enfants sont plus que ce que l’on croit

« Les enfants sont plus que ce que nous pensons qu’ils sont. Ils peuvent faire plus que ce que nous pensons qu’ils peuvent faire. Tout ce dont ils ont besoin, c’est d’un vote de confiance de la part des adultes, qu’ils finiront de toute façon par remplacer. Leur rêve d’aujourd’hui deviendra la réalité de demain. »

Les enfants ont déjà très peu d’occasions de contrôler leur propre vie
À mon avis, les enfants ont déjà si peu d’occasions d’exercer un contrôle sur leur propre vie. À l’école, on leur dit quand s’asseoir et quand se lever, quand parler et quand se taire. La moitié du temps, on leur dit même quand ils peuvent aller aux toilettes !

Si je n’accepterai jamais qu’un enseignant dise à un enfant qu’il ne peut pas aller aux toilettes, le reste de ces règles est logique. Les enseignants ne peuvent pas faire leur travail si les enfants se déchaînent partout, non ? De plus, avec tous les dangers auxquels nos enfants sont confrontés à l’école de nos jours, je peux comprendre pourquoi il est plus important que jamais que les enfants sachent comment suivre des instructions.

À la maison, nous décidons de l’heure des repas (et de ce qu’ils mangent, pour la plupart), de l’heure du coucher, de quand ils peuvent aller chez leurs amis et de quand ils doivent rester à la maison, et du temps d’écran qu’ils peuvent avoir. Nous leur disons même quand ils doivent se laver et se brosser les dents.

Là encore, pour chacune de ces choses, nous avons une raison assez rationnelle. Nous voulons que nos enfants mangent sainement, dorment suffisamment et aient une bonne hygiène, car ces éléments ont une incidence sur leur santé. Parfois, nous avons des projets en famille les jours où ils veulent jouer avec leurs amis, et nous essayons de leur apprendre que la famille passe avant tout. Il ne s’agit pas de contrôler nos enfants dans ces cas-là, mais de les guider vers une vie de bons choix.

En fin de compte, nous avons de très bonnes raisons de faire la plupart des grands choix pour nos enfants. Mais cela ne change rien au fait qu’à chaque choix que nous faisons, nous leur enlevons de plus en plus le sentiment de contrôle sur leur propre petit corps.

Donner des choix aux enfants renforce le concept d’autonomie corporelle.

Lorsqu’il s’agit de choses qui n’affectent pas vraiment leur bien-être physique ou mental, ou leur réussite globale dans la vie, je pense qu’il est logique de redonner à nos enfants le plus de contrôle possible. Si cela signifie les laisser changer de coiffure ou porter des vêtements que nous ne préférons pas personnellement, qu’il en soit ainsi.

De plus, il ne s’agit pas seulement de redonner à nos enfants un peu de contrôle sur leur vie. Je laisse mes enfants libres de choisir leurs cheveux et leur mode pour la même raison que je ne les force pas à faire des câlins. Cela renforce le concept d’autonomie corporelle.

Comme l’explique Shalon Nienow, MD, du Rady Children’s Hospital, « un enfant qui sait qu’il contrôle son corps est moins susceptible d’être victime d’abus sexuels, d’agressions sexuelles et, plus tard, de violences entre partenaires intimes. »

Pour moi, cela n’a pas vraiment de sens de dire à un enfant qu’il est maître de son corps, puis de se retourner et de lui dire qu’il doit se couper les cheveux comme nous le voulons ou porter une robe rose sans autre raison que « parce que je l’ai dit ». Je pense que cela envoie des messages contradictoires. S’il y a un moment où nous voulons que notre message soit fort et clair, c’est bien lorsque nous parlons d’autonomie corporelle.

Pour faire court, je pense que nous devons donner à nos enfants autant de liberté pour découvrir qui ils sont plutôt que de leur dire qui ils devraient être. Il est cependant difficile de déterminer quand il faut lâcher le contrôle et quand il faut s’accrocher davantage.

La prochaine fois que votre enfant vous demande de faire quelque chose et que votre réaction immédiate est de dire « non », demandez-vous pourquoi. Si votre réponse est « parce que c’est dangereux et qu’il va se blesser » ou « parce que ce choix lui collera à la peau pour le reste de sa vie », il y a de fortes chances que vous preniez la bonne décision.

En revanche, si votre réponse est « parce que je n’aime pas ça » ou « parce que je l’ai dit », vous devriez peut-être reconsidérer votre décision. N’oubliez pas que notre objectif doit être d’agir comme des figures d’autorité bonnes, aimantes et justes, et non comme des autoritaires complets. Nous devons trouver un équilibre entre guider et contrôler nos enfants. Après tout, les enfants ont besoin de parents, pas de dictateurs.