Des études montrent que la perte d’un parent a un effet psychologique permanent sur les êtres humains de tous âges.

Le traumatisme de la perte d’un parent a un effet profond sur nous tous, quel que soit notre âge. Le chagrin est si incommensurable que des études montrent que la mort de notre mère ou de notre père peut modifier la chimie de notre cerveau et avoir des effets physiques durables.

La façon dont notre cerveau traite le deuil est profonde et complexe. Les recherches indiquent que les régions de notre cerveau qui traitent le deuil – le cortex cingulaire postérieur, le cortex frontal et le cervelet – sont les mêmes que celles qui récupèrent les souvenirs et s’attardent sur le passé.

Ce sont également les mêmes régions du cerveau qui régulent notre sommeil et notre appétit. Cela explique pourquoi, lorsque nous sommes dans un état profond de deuil ou de dépression, de nombreuses personnes connaissent une augmentation du sommeil, des insomnies, ou des différences majeures dans notre appétit.

La perte d’un parent, qu’elle soit anticipée ou tragiquement soudaine, entraîne différents niveaux et calendriers de deuil. La perte d’un parent à un jeune âge est généralement une perte soudaine, ce qui peut amener les jeunes enfants et les adultes à vivre de longues phases de déni et de colère dans leur deuil.

Le fait d’avoir le temps de se préparer et d’accepter la perte d’un parent, lorsqu’un décès est anticipé, offre la possibilité de faire ses adieux et de trouver un bon système de soutien. C’est peut-être la raison pour laquelle d’autres études montrent que les jeunes adultes sont plus profondément affectés par la perte d’un parent.

La perte d’un parent peut entraîner des risques accrus de problèmes de santé émotionnelle et mentale à long terme, comme la dépression, l’anxiété et la toxicomanie. La perte d’un parent dans l’enfance ne fait qu’augmenter ces risques, et environ un enfant sur 20 âgé de 15 ans ou moins a subi la perte d’un parent ou des deux.

Nous sommes donc nombreux à entretenir des relations complexes avec nos parents – et certains d’entre nous n’en ont pas du tout. Le résultat d’émotions non résolues comme la colère et le ressentiment a un effet durable sur notre psyché également. Le décès d’un parent signifie qu’il n’y a aucun espoir de réconciliation ou de validation de vos sentiments.

Lorsqu’il s’agit de la mort d’un parent, il n’est pas possible de « s’en remettre ». Peu importe le type de relation que vous aviez avec eux, ou le type de parent qu’ils étaient. Le décès d’un parent nous affecte profondément et de façon permanente – mentalement, physiquement et émotionnellement – pour le reste de notre vie.