Honorer la mort d’un être cher

« La mort est en effet d’une brutalité effrayante ; il ne sert à rien de prétendre le contraire. Elle est brutale non seulement en tant qu’événement physique, mais bien plus encore sur le plan psychique : un être humain nous est arraché, et il ne reste que le calme glacial de la mort. Il n’existe plus aucun espoir de relation, car tous les ponts ont été détruits d’un seul coup. » ~Carl Jung

Je suis à un dîner entre amis lorsque j’entame une conversation avec une femme que je n’ai jamais rencontrée auparavant.

La musique joue doucement en arrière-plan tandis que notre conversation aborde de nombreux sujets différents. Elle commence à me parler d’une situation difficile à laquelle elle a récemment été confrontée et de la façon dont sa sœur l’a soutenue. Je l’écoute attentivement tandis qu’elle me dit combien elle a de la chance.

« La vie ne serait pas la même si je ne l’avais pas », me regarde-t-elle en souriant.

Je bois une gorgée de mon vin rouge, ses mots me transpercent le cœur. Il y a un silence et je me demande si c’est le bon moment pour lui dire que j’ai aussi une sœur. Mais au lieu de cela, je change gentiment de sujet.

Souvent, nous ne savons jamais quelle blessure émotionnelle nous avons rouvert chez les autres. Comment le pourrions-nous ? Les coupures et les blessures de notre propre psyché sont si bien dissimulées derrière des sourires sérieux et de faux rires. Je me demande alors combien de fois je blesse accidentellement les autres en évoquant la chose même qu’ils essaient d’oublier.

Cette conversation particulière a lieu en octobre, alors que mon cœur se prépare à un nouvel anniversaire de la mort de ma sœur. Chaque année, lorsque cette date arrive, je me sens obligée de la commémorer d’une manière grandiose et significative. Mais j’ai du mal à penser à quelque chose qui pourrait être suffisant.

Malheureusement, le sentiment réconfortant « le temps guérit toutes les blessures » ne s’applique pas vraiment au deuil. Du moins pas pour moi, ni pour mes parents. Ensemble, nous vivons dans un monde qui contient encore ma sœur. Nous revivons des souvenirs et rions des bons moments alors que le reste du monde semble oublier. Ce n’est pas que nous soyons coincés dans un état d’agonie permanent, nous avons simplement appris à nous adapter.

Je suppose que le parallèle pourrait être comme l’adaptation à la perte d’un membre. Peu importe le temps qui passe, on se souvient toujours de ce qu’on ressentait en courant, en sautant et en jouant, et du fait qu’on ne peut plus le faire. Certains jours, on peut en être particulièrement triste, d’autres jours, c’est un peu plus facile à gérer.

Il semble que l’être humain ait tendance à rechercher la simplicité et une approche linéaire et systématique du deuil. Le tristement célèbre modèle d’Elisabeth Kübler-Ross a été largement incompris en ce qu’il suppose que le deuil passe dans un ordre chronologique. Mais tous ceux qui l’ont vécu savent qu’il s’agit d’un enchevêtrement qui glisse en avant et en arrière.

Surtout lors des anniversaires.

Tout ce qui concerne le moment de l’année où la personne que nous aimions est morte peut nous déclencher. C’est cette odeur familière dans l’air, le changement de saison, une chanson à la radio – et en un instant, nous sommes de retour au jour où nous l’avons appris. Cela réveille le choc que nous avons vécu une fois de plus.

L’esprit veut toujours une solution rapide pour passer à autre chose, mais le cœur n’oubliera jamais. Alors nous nous disons que nous allons bien, que tout va bien. Pendant ce temps, notre corps est envahi par la dépression, la culpabilité, la solitude, l’anxiété, l’irritabilité, la colère, ainsi que par des symptômes physiques tels que l’insomnie, des rêves inhabituels, des maux de tête, un manque d’appétit, des difficultés de concentration ou une augmentation des souvenirs pénibles.

Alors, que faisons-nous ?

Cela fait six ans que ma sœur est décédée, et je suis toujours stupéfaite de la puissance du chagrin. Même si je pense me sentir bien, la douleur de la perte est toujours enfermée dans mon corps et je n’arrive pas à trouver les clés pour la faire sortir.

Je n’ai pas encore trouvé quelque chose qui apporte la paix et la connexion à ma sœur. Dans le passé, j’ai essayé de forcer la journée en la précipitant, mais je me suis rendu compte que cela ne marche jamais. J’essaie maintenant de me pencher sur le chagrin pour le comprendre vraiment, afin de pouvoir un jour travailler dans le domaine du deuil et aider les autres.

Voici quelques idées qui pourraient vous aider.

Faites quelque chose que votre proche aimait faire.


Ma sœur aimait beaucoup de choses : les animaux, les randonnées, les voyages, la nature et, surtout, l’art. Elle était une artiste incroyablement douée. Elle passait souvent des heures à dessiner, peindre ou faire des collages.

J’étudie actuellement l’art-thérapie et, alors que je faisais un exercice de collage en classe, j’ai ressenti une forte connexion avec ma sœur. Au bout d’une trentaine de minutes, le professeur nous a dit de faire une pause pour le déjeuner, mais je ne pouvais pas m’arrêter. Pendant que les autres partaient, je continuais comme si j’étais en transe. Je me sentais tellement liée à ma sœur que j’en ai eu les larmes aux yeux.

Créer un rappel physique.

Lorsque quelqu’un que nous aimons meurt, ce n’est que dans notre esprit ou dans nos rêves que nous pouvons lui rendre visite. Avoir quelque chose de physique que l’on peut voir peut être apaisant.

Vous pouvez planter un arbre en son honneur. Regarder l’arbre grandir au fil des ans permet de se souvenir physiquement d’eux. Vous pouvez aussi planter des fleurs (ou en acheter si vous n’aimez pas jardiner) et créer votre propre bouquet pour que vos yeux puissent en profiter, comme un rappel symbolique du caractère éphémère de tous les êtres. Les fleurs, comme nous, ne sont là que pour une courte durée. Se souvenir de cela pourrait nous aider à accepter la mortalité et à profiter du temps que nous avons pendant que nous sommes en vie.

Une autre idée pourrait être de planter un jardin potager. Chaque instant serait une occasion de se connecter à l’être cher et, une fois que le jardin est en pleine floraison et regorge de délicieux légumes, on peut savourer un repas et remercier l’être cher d’avoir « aidé » à sa façon, de façon surnaturelle.

Écrivez une lettre.

Les gens disent souvent qu’ils ne savent pas écrire, mais tout le monde peut le faire. C’est la même réaction que de tendre un pinceau à quelqu’un et qu’il dise : « Oh, non, je ne sais pas peindre ». Les adultes ont tendance à se cacher derrière les « je ne peux pas » ou les « je ne suis pas bon » parce qu’on nous a dit une fois que nous n’étions pas bons.

Mais il ne s’agit pas d’être bon à quoi que ce soit. Il s’agit de guérir votre cœur.

Une grande partie de la douleur causée par une perte est liée à toutes les choses dont nous voulons parler et à toutes les choses qui manquent à la personne que nous aimons. Une de mes amies m’a dit un jour qu’elle avait continué à avoir des conversations avec son père qui est décédé. Cela l’a énormément aidée de parler avec lui de manière imaginaire, et de trouver des conseils sur des questions pour lesquelles il l’a toujours aidée.

C’est à vous de décider si vous voulez parler à voix haute ou si vous voulez garder une lettre. Dans tous les cas, cela vous donne l’occasion de libérer toutes les choses que vous vouliez dire.

Si cette idée vous met mal à l’aise, parlez-en à votre conseiller et il élaborera un plan qui vous conviendra.

Réservez des moments de solitude.

Si vous en avez besoin, prenez un jour de congé. Si vous pensez « Ah, je ne peux pas faire ça… », laissez-moi vous demander si vous iriez au travail quand vous avez la grippe ? J’espère que la réponse sera négative.

Le chagrin est semblable à la grippe, mais au lieu d’être une maladie respiratoire contagieuse, c’est une douleur qui surgit du cœur et de l’âme. Les deux ont besoin d’un peu de tendresse intérieure. Respectez votre corps, respectez votre guérison et prenez du temps pour vous.

Acceptez la puissance pure du chagrin.

Beaucoup de gens croient à tort que le chagrin est une émotion unique. En réalité, il s’agit d’une réponse puissante qui nous secoue émotionnellement, physiquement, mentalement et spirituellement. Il s’agit d’un processus naturel et normal auquel tous les êtres humains doivent faire face lorsqu’ils sont confrontés à une perte.

Même si nous pensons pouvoir le déjouer en l’ignorant ou en le refoulant, il trouvera toujours d’autres moyens de s’infiltrer.

Accepter que ces sentiments bruts et puissants traversent votre corps peut être incroyablement douloureux. Je pense parfois à cela comme à une tempête émotionnelle. Lorsque la nature se déchaîne dans une rage tonitruante avec des éclairs, nous nous enfuyons tous à couvert. Dans ces moments, je respecte l’affichage honnête et vulnérable du désespoir et de la douleur de la nature. Pour moi, c’est un rappel que nous sommes tous comme la nature, nous connaissons tous des ouragans, des inondations et des tremblements de terre intérieurs.

Même s’ils sont extrêmes, ils passent toujours. Mais nous devons nous écarter de leur chemin et les laisser passer.

Aller de l’avant

Peu importe ce qui nous arrive dans la vie, la vie continue. Nous pouvons être plongés dans l’angoisse la plus totale et constater que le soleil se lève pour un jour nouveau. Je sais très bien à quel point il peut être douloureux de voir le monde continuer à tourner alors que vous êtes à bout de souffle.

Nous suivons tous un chemin unique sur la voie de la guérison. Peu importe le temps qui passe, nos proches resteront toujours dans notre cœur.

Ils sont les guides qui nous permettent d’aller de l’avant, et je ne vois pas de meilleur moyen de rendre hommage à ceux que nous avons aimés et perdus que de remplir le monde d’encore plus de compassion et de gentillesse.