Personne ne mérite d’être abusé.

« De la souffrance ont émergé les âmes les plus fortes ; les caractères les plus massifs sont marqués de cicatrices. » ~Kahlil Gibran

Tu es stupide. Tu es un perdant. Tu ne vaux rien. Tu n’arriveras jamais à rien. Tu n’es pas digne d’être aimé. Ce sont des choses que je me suis dites tout au long de ma vie.

Les expériences que j’ai vécues pendant mon enfance m’ont amené à croire que je n’étais pas aimable. Je pensais que parce que j’avais été maltraitée et ignorée, il y avait quelque chose qui n’allait pas du tout chez moi.

C’est ce que font les mauvais traitements et la négligence. Ils s’infiltrent en vous jusqu’au niveau le plus profond. Ils vous changent à tous les niveaux.

Vous commencez à vous sentir comme si vous n’aviez aucune importance. On se blâme, en pensant qu’on a peut-être fait quelque chose d’assez grave pour le mériter.

Vous repoussez les gens. Vous construisez des murs parce que c’est plus facile que de laisser les gens entrer et de les laisser vous connaître.

Vous sabotez tout ce qui pourrait s’avérer positif parce que vous croyez que vous ne méritez pas d’avoir de bonnes choses.

Vous recherchez la moindre petite chose dans une relation qui vous ferait vous sentir justifié de fuir parce que lorsque quelqu’un vous montre de l’amour, cela vous terrifie.

Même après la fin de l’harcèlement, votre cerveau trouve le moyen de continuer à vous maltraiter.

J’ai grandi avec des parents qui manquaient d’émotions. La seule émotion que mon père connaissait était la colère, et quand il l’exprimait, elle me terrifiait. Ma mère était une femme très distante qui gardait tout pour elle et ignorait ce qui se passait autour d’elle. Je me suis donc sentie piégée, sans personne à qui parler.

Je me fermais émotionnellement, tout comme ma mère. La seule façon d’échapper à mon environnement était de me refermer sur moi-même et de tout garder à l’intérieur.

Pendant longtemps, j’ai cru que le traumatisme de mon enfance était de ma faute. Je me suis dit que personne ne pourrait jamais m’aimer parce que mes parents ne l’ont pas fait, alors comment quelqu’un d’autre pourrait-il m’aimer ? Je me suis dit que je valais moins que de la poussière et j’ai commencé à me traiter comme tel.

Il est facile de penser qu’une fois que vous aurez laissé ces personnes derrière vous, la vie sera meilleure et brillante. Plus de douleur. Plus de chagrin d’amour.

Je pensais que quitter l’endroit où je suis né, l’endroit qui m’a apporté tant de douleur, de tristesse, de colère et de haine de soi, résoudrait tous mes problèmes. Je pensais que les mots (stupide ordure sans valeur !) qui se répétaient sans cesse dans mon esprit chaque jour allaient se dissoudre. Je pensais que si j’arrivais à mettre suffisamment de distance entre moi et mes parents, tout s’arrangerait comme par magie et que je deviendrais une personne complètement différente.

J’avais tort.

Partir n’a rien résolu, si ce n’est mettre plus de 3 000 km entre eux et moi. Je n’ai pas changé par magie.

Ces pensées étaient toujours là. Elles sont devenues plus fortes avec le temps, mais au début, elles n’étaient pas aussi mauvaises. Quelques années plus tard, j’ai été assailli par des sentiments de dégoût de soi. Chaque fois que je faisais une erreur, c’était parce que j’étais stupide, et vous pouvez être sûrs que je ne manquais jamais une occasion de me réprimander pour ces erreurs.

Je croyais que la saleté sur le sol valait plus que moi. Il y avait toujours cette voix dans ma tête qui me murmurait « sans valeur, sans valeur, sans valeur », et je la croyais.

J’ai vraiment lutté. Je me sentais perdue et seule. Je détestais mes parents. J’avais tellement de colère pour ce qui s’était passé que j’étais aveuglée par elle. Si je pouvais garder cette colère et cette douleur en vie, je pourrais l’utiliser pour punir mes parents. Enfin, c’est ce que je pensais. Je ne faisais du mal qu’à moi-même.

Il y a quelques mois, j’ai commencé à suivre une thérapie. J’ai appris des choses sur moi-même et sur la vie en général. J’espère que si vous avez des difficultés ou si vous avez vécu un traumatisme, ces choses vous aideront aussi.

  1. L’abus n’est jamais, jamais acceptable.

Il n’y a rien qu’un enfant puisse faire pour mériter d’être maltraité. Si vous avez survécu à un abus, quel qu’il soit, ce n’était pas votre faute. Vous ne méritez pas d’être blessé de la sorte.

  1. Tu n’es pas obligé de croire toutes les choses négatives que tu penses de toi-même.

Lorsque nous naissons, nous n’avons pas toutes ces pensées de dégoût de soi qui flottent dans notre tête. Elles nous sont inculquées par les autres, et si nous vivons avec elles assez longtemps, nous commençons à croire qu’elles sont vraies.

Lorsque vous commencez à vous dire que vous ne valez rien, que vous êtes laid ou stupide, réfléchissez à cette pensée et à sa véritable origine. Vous constaterez très probablement qu’elle provient d’une source extérieure. Si nous examinons ces pensées, nous verrons qu’elles ne correspondent peut-être pas à ce que nous ressentons vraiment pour nous-mêmes. Nous pouvons les changer.

  1. Les mauvais traitements ne vous rendent pas moins digne d’être aimé.

Je sais que c’est difficile à croire, mais c’est vrai. Ce n’est pas parce que quelqu’un d’autre ne peut pas voir votre valeur qu’elle n’existe pas.

  1. Il est normal de demander de l’aide.

Il existe de nombreux prestataires de services de santé mentale tenant compte des traumatismes. Ils peuvent être utiles en nous donnant des outils pour vivre mieux. Ils nous aident également à comprendre que nous sommes importants et que nous méritons de bonnes choses.

  1. Il est normal de laisser partir les personnes qui vous ont fait du mal, qu’il s’agisse d’un parent, d’un frère ou d’une sœur, d’une tante ou d’un oncle.

Nous vivons dans un monde qui agit comme si les relations familiales étaient éternelles, peu importe la façon dont nous sommes traités. Parfois elles le sont. Parfois, elles ne le sont pas. C’est normal de se faire passer en premier. C’est normal de fixer des limites strictes ou de se laisser aller complètement. Ne laissez personne vous dire le contraire.

  1. Il n’est jamais trop tard pour prendre soin de votre enfant intérieur.

De nombreux survivants ont l’impression d’avoir manqué une enfance « normale ». Votre enfant intérieur est la partie de vous qui se sent blessée et indigne. Ce petit enfant vous tend la main, vous suppliant de l’écouter et d’être là.

Demandez à cette partie de vous ce dont elle a besoin, et faites-le. Cela peut être quelque chose de créatif comme du coloriage ou de la peinture au doigt. Il peut s’agir de danser ou de jouer à son jeu préféré. Il peut aussi vouloir valider ses sentiments. Ne critiquez pas les pensées de votre enfant intérieur. Faites-lui savoir qu’il est aimé. Dites-lui que vous serez là à partir de maintenant.

La guérison n’est pas facile. Si vous avez vécu votre vie en croyant que vous ne comptiez pas, il peut être très difficile de vouloir s’engager sur la voie de la guérison. Donnez-vous une chance. Ne renoncez pas à vous-même, à la personne que vous pourriez devenir. Il vous faudra creuser profondément, mais cela en vaut la peine. Vous en valez la peine.