Je ne suis plus la personne qui avait l’habitude de laisser les gens profiter d’elle

Je ne suis pas celle qui faisait tout pour des gens qui ne faisaient même pas d’effort eux-mêmes.

Celle qui s’excitait lorsque quelqu’un lui donnait le moindre signe d’affection, parce qu’elle prenait tout ce qu’elle pouvait obtenir.

Je ne suis pas la personne que j’étais quand j’étais plus jeune.

Qui était innocente. Naïve. Trop confiante. Celle qui voyait le meilleur des gens, car elle ne savait pas encore de quoi ils étaient capables. Celle qui ne comprenait pas à quel point un cœur pouvait être brisé.
Mais j’ai plus d’expérience maintenant. J’ai été blessée avant. On m’a menti, on m’a trompé et on m’a trahi. Je ne peux plus dire que je suis optimiste parce que j’ai vu les parties les plus sombres des gens en qui j’avais confiance.

Je devrais être amer à cause de toutes les épreuves que j’ai dû traverser, mais honnêtement, je considère que c’est une bonne chose. C’est à travers le pire que je suis devenue la personne que je suis aujourd’hui. Une personne forte.

Je ne laisserai plus personne me faire ça.

Je ne laisserai personne me traiter comme une roue de secours. Je ne baisserai pas mes critères parce que je ressens quelque chose pour quelqu’un qui, de toute évidence, ne ressent pas la même chose.

Je ne donnerai plus de troisième chance.

Je ne répondrai pas au message de quelqu’un s’il lui a fallu trois jours pour répondre au mien. Je ne réorganiserai pas mon emploi du temps pour voir quelqu’un s’il ne cesse d’annuler et de tergiverser. Je n’utiliserai pas toute mon énergie pour rendre quelqu’un d’autre heureux au détriment de mon propre bonheur.

Je ne laisserai plus les gens profiter de moi.

Je n’aiderai pas un ami si mon emploi du temps est surchargé et que l’activité supplémentaire m’oblige à repousser mes limites. Je n’embrasserai pas quelqu’un si je ne ressens pas d’étincelle juste parce que cette personne m’a offert un verre au bar. Je ne me sentirai pas obligé de faire quelque chose pour quelqu’un d’autre si j’ai le choix.

Je ne suis plus la personne qui se taisait, suivait le courant et laissait les gens profiter de leur gentillesse. Je ne suis plus la personne qui avait une faible estime de soi et une grande considération pour les autres.

Certaines personnes pourraient dire que je ne suis plus aussi gentil.

Certaines personnes m’aimaient peut-être avant parce que je les laissais faire. J’avais l’habitude de laisser les gens me marcher dessus.

Mais je suis heureuse de la personne que je suis devenue parce que j’ai enfin pris conscience de ma valeur. J’ai enfin élevé mes critères au niveau où ils auraient dû être depuis le début. J’ai enfin décidé que je mérite plus que ce que certaines personnes sont prêtes à me donner, et que je peux partir si je ne suis pas satisfaite de la situation.