La théorie suggère que notre univers pourrait exister dans un trou noir massif

Certains scientifiques semblent croire que lorsqu’il s’agit de trous noirs, ils n’existent pas simplement, mais plutôt que nous existons dans au moins l’un d’entre eux. Pour ceux qui ne le savent peut-être pas, les trous noirs sont censés se former lorsqu’une étoile (supernova) s’effondre sur elle-même et meurt.

De nombreuses personnalités du monde de la science croient que le Big Bang lui-même était en fait la formation d’un trou noir venu d’ailleurs déchirant notre univers et créant quelque chose que nous ne pourrions jamais vraiment comprendre. Cela insinue que nous venons de la production d’un univers à l’intérieur d’un trou noir en raison de la présence de matière en son sein venant de l’extérieur du trou noir lors de sa naissance. Cela rejoint l’idée que peut-être chaque trou noir a un univers présent en lui.

Inside Science a écrit ce qui suit sur le sujet:
L’idée que notre univers est entièrement contenu dans un trou noir apporte des réponses à ces problèmes et à bien d’autres. Il élimine la notion de singularités physiquement impossibles dans notre univers. Et il s’appuie sur deux théories centrales de la physique.

La première est la relativité générale, la théorie moderne de la gravité. Il décrit l’univers aux plus grandes échelles. Tout événement dans l’univers se produit comme un point dans l’espace et le temps ou l’espace-temps. Un objet massif tel que le Soleil déforme ou «courbe» l’espace-temps, comme une boule de bowling assise sur une toile. La dent gravitationnelle du Soleil modifie le mouvement de la Terre et des autres planètes en orbite. L’attraction solaire des planètes nous apparaît comme la force de gravité. La seconde est la mécanique quantique, qui décrit l’univers aux plus petites échelles, comme le niveau de l’atome. Cependant, la mécanique quantique et la relativité générale sont actuellement des théories distinctes; les physiciens se sont efforcés de combiner les deux avec succès en une seule théorie de la «gravité quantique» pour décrire adéquatement les phénomènes importants, y compris le comportement des particules subatomiques dans les trous noirs.

Une adaptation de la relativité générale des années 1960, appelée la théorie de la gravité d’Einstein-Cartan-Sciama-Kibble, prend en compte les effets de la mécanique quantique. Il fournit non seulement une étape vers la gravité quantique, mais conduit également à une image alternative de l’univers. Cette variation de la relativité générale incorpore une importante propriété quantique connue sous le nom de spin. Les particules telles que les atomes et les électrons possèdent un spin ou le moment angulaire interne qui est analogue à un patineur qui tourne sur la glace.

Dans cette image, les spins des particules interagissent avec l’espace-temps et lui confèrent une propriété appelée «torsion». Pour comprendre la torsion, imaginez l’espace-temps non pas comme une toile bidimensionnelle, mais comme une tige flexible et unidimensionnelle. La flexion de la tige correspond à un espace-temps incurvé, et la torsion de la tige correspond à une torsion de l’espace-temps. Si une tige est mince, vous pouvez la plier, mais il est difficile de voir si elle est tordue ou non.

La torsion spatio-temporelle ne serait significative, et encore moins perceptible, que dans le premier univers ou dans les trous noirs. Dans ces environnements extrêmes, la torsion de l’espace-temps se manifesterait comme une force répulsive qui contrecarrerait la force gravitationnelle attractive provenant de la courbure de l’espace-temps. Comme dans la version standard de la relativité générale, les étoiles très massives finissent par s’effondrer dans des trous noirs: des régions de l’espace desquelles rien, pas même la lumière, ne peut s’échapper.

Voici comment la torsion se jouerait dans les premiers instants de notre univers. Initialement, l’attraction gravitationnelle de l’espace incurvé surmonterait les forces répulsives de torsion, servant à effondrer la matière dans de plus petites régions de l’espace. Mais finalement la torsion deviendrait très forte et empêcherait la matière de se comprimer en un point de densité infinie; la matière atteindrait un état de densité extrêmement grande mais finie. Comme l’énergie peut être convertie en masse, l’énergie gravitationnelle extrêmement élevée dans cet état extrêmement dense entraînerait une production intense de particules, augmentant considérablement la masse à l’intérieur du trou noir.

Cette théorie est quelque chose que beaucoup travaillent à explorer depuis un certain temps maintenant et peut-être à l’avenir, nous serons en mesure de décomposer plus correctement. Si cette théorie s’avère finalement vraie, elle expliquera clairement pourquoi l’univers lui-même est toujours en expansion et en croissance. Notre trou noir, si nous en sommes un, pourrait être très actif même maintenant. Cela signifie que nous absorbons toujours de nouvelles choses de l’extérieur du trou noir et devenons ainsi de plus en plus gros à bien des égards.