La vie sans objectifs ambitieux : pourquoi je trouve un sens aux petites choses

 Ironiquement, lorsque nous acceptons le fait que le but de la vie n’est pas le bonheur, mais l’expérience et la croissance, le bonheur devient un sous-produit naturel. On la trouve quand on ne la cherche pas comme un but. » ~Inconnu

J’ai toujours aimé aider les autres. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été empathique aux sentiments des autres et j’ai toujours voulu les aider de toutes les manières possibles. Servir les autres a toujours été une source de fierté pour moi.

Ma vie a tourné autour de l’idée que ma vie sert un but plus important dans la machine qu’est l’univers. Mes souffrances et mes expériences de vie me conduisent vers une grande destination où je peux regarder en arrière et enfin voir un sens et un accomplissement. Je me suis accroché à cette croyance pendant si longtemps, et le message a été si profondément ancré en moi, qu’il semble fou de penser autrement.

Je vais vous dire un secret, d’accord ? Ça me fait peur de penser que je pourrais me tromper sur tout ça. Peut-être que je ne vis pas pour atteindre un grand objectif. Peut-être que mes expériences, bonnes ou mauvaises, n’ont fait que me pousser vers l’inconnu.

Peu importe ce que je fais, ça ne se passe pas comme je l’avais prévu. Et maintenant, j’ai la trentaine et je ne sais pas ce que je fais. Que faites-vous quand vous n’avez aucun sens de la direction ou du but ? Pourquoi l’univers m’a-t-il fait tel que je suis ? Je veux partager mon histoire avec vous…

J’ai rejoint la RAF au début de la vingtaine pour sortir d’une petite ville. Mon éducation a été payée par l’armée et j’ai pu commencer ma carrière à un jeune âge. Cependant, je n’étais pas du tout attiré par mon domaine professionnel. Je suis un agent de communication et je déteste les ordinateurs.

Je veux communiquer avec les gens et les aider. Je voulais également soutenir ma communauté de foi en parrainant le premier aumônier païen du ministère de la Défense. J’ai demandé à l’univers de me guider et j’ai reçu ce qui semblait être un « oui » définitif. Je suis donc allé au séminaire et j’ai suivi une formation pour devenir prêtre.

Des années plus tard, après avoir donné naissance à mon fils, ma santé s’est dégradée. Je ne pouvais plus travailler dans un ministère actif, j’ai donc décidé de changer mes objectifs et de devenir un aumônier de Virginie. J’ai servi comme aumônier étudiant dans deux hôpitaux VA différents pendant deux ans. J’ai aidé des personnes en crise, animé des groupes, appris à connaître les soins de santé mentale et servi des anciens combattants de tous horizons. J’ai postulé plusieurs fois pour des postes d’aumônier au sein du VA, mais j’ai été rejeté.

Notre famille a déménagé plusieurs fois. Partout où nous sommes allés, nous avons postulé pour des emplois d’aumônier, mais nous n’avons pas été embauchés. Cela fait presque deux ans que j’ai terminé mon travail à l’hôpital des vétérans. Je me suis à nouveau tourné vers l’univers pour obtenir de l’aide.

J’ai découvert le coaching de vie et j’ai envisagé de devenir un coach de vie certifié. Ces compétences s’apparentent au travail d’un aumônier et si je devais créer ma propre entreprise, je serais en mesure d’axer mes services sur des personnes spécifiques. En travaillant à l’hôpital, j’ai réalisé que j’avais un lien avec les anciens combattants et que j’aimais les aider. J’ai créé ma propre entreprise de coaching dans le but d’aider les vétérans souffrant de traumatismes et de troubles de stress post-traumatique (TSPT).

Une année a passé. J’ai participé à des séminaires d’entreprise et à des cours de marketing, j’ai engagé mon propre coach comme mentor et j’ai créé tous mes comptes de médias sociaux et mon site web. J’ai publié du contenu et me suis lancée dans la mise en réseau avec des organisations à but non lucratif et des influenceurs. Après neuf mois de travail sans relâche, j’avais des clients payants et j’étais épuisée mentalement et professionnellement.

Ma santé mentale a commencé à souffrir. Je me sentais frustré, inutile et comme un raté. J’étais doué pour aider les autres à chaque occasion, mais j’avais l’impression que l’univers conspirait contre moi. En d’autres termes, j’ai intériorisé l’idée que ma valeur dépendait de ce que je pouvais faire pour les autres, et non de ma valeur intrinsèque.

D’où cela vient-il ? Pourquoi est-ce que je me sens comme ça ? Je me suis assis et j’ai déballé cette question. Après réflexion, je me suis rendu compte que mon désir d’aider les autres est ancré dans l’idée que je suis indigne. À de nombreuses reprises dans ma vie, je n’ai pas été désirée et j’ai été abandonnée (j’ai un passé d’abus), ce qui a créé une spirale de honte en moi et mon besoin de me sentir aimée et utile a perpétué la honte.

Je crois que si je ne sers pas un but ou n’aide pas les autres, alors je ne remplis pas le devoir de ma vie et je ne suis pas digne de mon existence. Combien d’entre nous peuvent s’identifier à ce sentiment ? Et que pouvons-nous faire à ce sujet ?

J’ai eu une discussion à cœur ouvert avec un ami à ce sujet et cela m’a fait prendre conscience de certaines choses. Comment pouvons-nous vraiment savoir quel est le but de notre vie ? Comment savoir que nous ne sommes pas là pour être gentils avec quelqu’un ou pour dire quelque chose au bon moment, afin que notre vie soit complète et appréciée jusqu’au bout ? Connaissons-nous vraiment le sens de la vie ? Ou s’agit-il d’un réseau complexe d’expériences et d’émotions non planifiées ?

Je réfléchis à ces questions et je trouve du réconfort dans les petites choses. Boire du café dans mon jardin le matin. Aider mon fils à faire ses devoirs. Cuisiner des repas nutritifs pour ma famille. Parler à des amis lorsque j’ai besoin de soutien.

Je dois faire un effort conscient pour ne pas laisser mon esprit vagabonder vers des choses comme « et si » ou « est-ce que j’en fais assez ? ». et je passe mes journées à penser à « ce que je peux faire maintenant ».

Je réalise peu à peu que ma valeur ne réside pas dans ce que je fais pour les autres. Ma seule responsabilité est de vivre pleinement ma vie, en privilégiant l’expérience et l’épanouissement personnel. Je ne sais pas vraiment si j’ai des objectifs ambitieux dans la vie, et j’ai l’impression que ça n’a pas vraiment d’importance maintenant. Je trouve un sens aux petites choses.


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121