Les attentes élevées nuisent à l’avenir de nos enfants.

Si vous courez, grimpez, sautez et chantez toute la journée (sans jamais vous asseoir), il est probable qu’à l’heure du coucher, vous serez tellement épuisé que vous vous évanouirez dès que votre tête touchera l’oreiller. Alors pourquoi vos enfants ne veulent-ils pas aller au lit les jours de grande activité (les parents fatigués les supplient de le faire) ?

Les jeunes enfants sont un mystère. Leurs habitudes et leurs besoins en matière de sommeil sont souvent à l’opposé de ceux des adultes. Cependant, ils ne sont pas impossibles à résoudre. Il vous suffit de maîtriser quelques compétences parentales, et c’est exactement ce que cet article va vous apprendre.

Le sommeil favorise la croissance et le développement (et aide les parents à se ressourcer). Plus vite vous mettrez en œuvre les conseils suivants, qui ont fait leurs preuves, plus vite votre petit garçon ou votre petite fille s’endormira facilement.

Conseils sur le sommeil des tout-petits pour les mamans fatiguées

Conseil n° 1 : la cohérence est essentielle.

La meilleure façon de garder votre enfant cohérent est de garder nos parents cohérents. Lorsque les journées de votre enfant suivent une routine et un rythme familiers, les parents constatent généralement une moindre résistance et moins de débordements émotionnels au moment du coucher. En effet, les jeunes enfants apprennent à accepter que certaines choses se produisent dans l’ordre ou à certains moments. (Ce manque de familiarité peut donner à votre enfant un sentiment d’insécurité ou de résistance s’il y a un nouveau programme d’activités chaque jour.

Si vous voulez que votre enfant dorme bien chaque jour, une routine cohérente est essentielle. Même si votre enfant ne semble pas aimer sa routine, il en tirera un grand bénéfice ! Et avec le temps, ils s’habitueront à la routine. Et ils s’y habitueront avec le temps. L’horaire de sommeil de votre bébé doit inclure.

  •  Réveillez-les à la même heure tous les jours.
  • Une sieste régulière
  • Une routine détendue à l’heure du coucher
  • Une heure de coucher cohérente

Attends, quoi ? » Dois-je vraiment réveiller mes enfants ? » Je sais que cela semble fou, mais si votre enfant se réveille à la même heure chaque matin, il aura plus de chances de s’endormir. Il en va de même pour l’heure du coucher. Vous réglez leur horloge biologique pour qu’ils se couchent à la même heure chaque jour, ce qui les aide à lutter contre le manque de sommeil. (C’est le rêve de tous les parents !) .

Pensez-y de cette façon : les tout-petits peuvent devenir capricieux au moindre changement. S’ils retardent leur sieste d’une heure, cela peut affecter leur humeur tout au long de la journée et rendre d’autres choses plus difficiles. Ainsi, plus vous établirez un programme cohérent et le respecterez, plus votre enfant en bénéficiera. Ils dormiront mieux et plus facilement, leur humeur s’améliorera et tout le monde sera plus heureux !

Même s’il peut être difficile au début de les réveiller le matin ou de leur donner quelques jours de repos avant le coucher, les récompenses sont énormes au bout du compte. Si vous avez un enfant turbulent, l’heure du coucher peut être tout sauf relaxante ! Instaurez une routine de coucher qui vise à les faire se reposer avant le coucher. Il est essentiel d’instaurer une routine du coucher qui vise à calmer et à détendre votre petit.

Conseil n° 2 : ne laissez pas tomber le lit d’enfant !

Cela vous semble-t-il familier ? Le deuxième anniversaire de votre enfant approche et vous pensez qu’il serait « mignon » de lui offrir un grand lit d’enfant avec des draps Paw Patrol parce qu’il est un grand enfant maintenant. De nombreux parents assimilent un lit d’enfant à un bébé et pensent que leur enfant n’en aura plus besoin vers l’âge de deux ans. En fait, les garder dans leur berceau est la chose la plus simple que vous puissiez faire pour que votre enfant dorme bien. Ne faites passer votre enfant à un lit de bébé ou à un grand lit que s’il sort régulièrement de son berceau et devient un danger pour la sécurité.

N’abandonnez pas le lit d’enfant avant que votre enfant ait trois ans ! Les lits des tout-petits sont si mignons de nos jours, et je sais que c’est une étape importante pour votre petit. Mais la vérité est que les enfants de moins de trois ans n’ont pas la maturité cognitive et le contrôle des impulsions nécessaires pour rester au lit toute la nuit. Par conséquent, un lit avec des limites (alias un lit d’enfant) est une autre recommandation importante pour le sommeil des tout-petits.

Alors, que faire si votre enfant a commencé à sortir de son berceau ? Avant de décider d’abandonner le berceau, essayez ces suggestions.

  •  Retirez du lit d’enfant tout ce dont il peut se servir pour grimper, comme les pare-chocs, les animaux en peluche ou les meubles à proximité.
  • Si le côté de votre lit est inégal, retournez-le de manière à ce que le côté le plus court soit contre le mur (et que le côté le plus grand soit tourné vers l’extérieur). Cela permettra de relever immédiatement le côté du lit de quelques centimètres et permettra à votre enfant d’y dormir en toute sécurité pendant quelques mois de plus.
  • Laissez votre enfant dormir dans un lit d’enfant (ou un lit de voyage) dont il ne peut pas sortir. Encore une fois, cela vous permettra de gagner quelques mois supplémentaires de sommeil au lit (et votre santé mentale).

Conseil n° 3 : Trouvez des moyens d’apaiser l’anxiété de séparation de votre enfant.

Lorsque votre enfant entre dans l’âge de la petite enfance, il subit des changements assez importants. Ils apprennent à marcher, à communiquer, à explorer leur monde et à interagir avec les autres. C’est une période chargée du point de vue du développement. Il est important de savoir que chaque fois que votre enfant acquiert une nouvelle compétence, franchit une étape importante ou connaît une poussée de croissance, vous pouvez le voir régresser temporairement dans un autre domaine.

Pour un jeune enfant, il est normal que l’angoisse de la séparation se manifeste lors des grandes étapes ou des périodes de changement. Bien que cela puisse sembler stressant, il s’agit d’une étape tout à fait normale du développement.

Signes d’anxiété de séparation

Les enfants souffrant d’anxiété de séparation pleurent souvent lorsque vous quittez la pièce, s’accrochent à vous lorsqu’il y a des étrangers dans les parages ou ont besoin d’être près de vous tout au long de la journée. Les jeunes enfants dans cette situation peuvent insister bruyamment sur le fait qu’ils ne veulent pas être séparés de vous, que ce soit à la fin de la garderie, au moment du coucher ou lorsque vous avez juste besoin de quelques minutes pour aller aux toilettes.

Laissez-moi vous expliquer pourquoi l’anxiété de séparation est si réelle pour votre enfant. C’est une grande transition entre le fait de ramper à quatre pattes et le fait de se tenir debout et de marcher sur deux pieds. Tout à coup, leur monde a l’air et se sent différent. Le changement est effrayant, alors nos petits s’accrochent davantage à nous pour se sentir en sécurité et protégés. Bien que la plupart des tout-petits aiment explorer leur nouvelle indépendance, cela peut être assez intimidant !

Biologiquement parlant, avec le changement vient la vulnérabilité. Ainsi, lorsque nos enfants se sentent vulnérables, ils ont besoin de toute la protection et de tout l’amour qu’ils peuvent recevoir, même si cela passe par des cris et des crises de colère lorsque vous devez partir. Vous pouvez voir votre enfant pleurer soudainement et s’accrocher à vous avant le coucher. En effet, elle marque le moment où ils vont vous quitter.

Heureusement, j’ai rassemblé les meilleurs conseils pour gérer l’anxiété de séparation chez les tout-petits. Vous pouvez utiliser ces conseils pendant la journée et au moment du coucher.

Conseils pour gérer l’anxiété de séparation chez les tout-petits :

1. Introduire une peluche.

Après l’âge de 12 mois, introduisez un doudou (ou un animal en peluche) au moment du coucher. Considérez-le comme un petit compagnon que votre enfant peut câliner pour se sentir réconforté et en sécurité. Assurez-vous qu’il n’y a pas de pièces que votre enfant peut mâcher (comme les yeux en plastique). Laissez-les se blottir contre leur chien au moment du coucher ou emmenez-les faire une promenade dans la maison pour les habituer. Tous les enfants ne sont pas immédiatement attirés par les peluches, alors laissez votre enfant les sentir et voyez si cela l’aide.

2. passer (plus) de temps de qualité ensemble.

Passer du temps en tête-à-tête avec votre petit peut contribuer à atténuer le stress lié à l’angoisse de la séparation. Faites l’effort supplémentaire de ranger votre téléphone et de multiplier les contacts visuels, les sourires et les câlins avec votre enfant plusieurs fois par jour. 10 minutes de temps individuel de qualité suffisent à « remplir leur réservoir » et à les aider à se sentir réconfortés et détendus. Si votre enfant a du mal à se coucher, prévoyez des moments de qualité supplémentaires le soir pour l’aider à s’endormir plus facilement.

3. Trouvez une phrase réconfortante.

Cela peut être particulièrement utile pour atténuer l’angoisse de la séparation. Et c’est si facile ! Commencez à utiliser une phrase familière chaque fois que vous partez pour leur rappeler que vous reviendrez toujours. Des phrases comme « Maman est de retour » ou « Je reviendrai bientôt, je t’aime » peuvent aider votre enfant à comprendre que vous serez toujours de retour. Chaque fois que vous revenez, dites quelque chose comme « Regardez ! Maman est de retour ! » . Ils commenceront à se lier et à gagner en confiance.

Dites-le lorsque vous jouez à cache-cache ou que vous vous levez pour faire quelque chose dans la maison. Répétez la phrase si souvent que vous pensez que c’est trop (et encore plus). Les enfants aiment les répétitions. Ainsi, la prochaine fois que vous devrez quitter la maison pendant un certain temps, ils n’auront peut-être pas autant de mal à le faire. N’oubliez pas de vous en tenir à la même phrase et de la garder légère et joyeuse.

Les jeunes enfants s’épanouissent lorsque leur univers leur semble familier, prévisible et sûr. Une routine cohérente aidera votre enfant à s’endormir plus facilement car son horloge biologique est réglée pour se coucher à une heure prévisible et il connaît le déroulement de sa journée. De même, gardez votre enfant dans son lit le plus souvent possible afin qu’il soit en sécurité et qu’il ne soit pas distrait, par exemple en errant dans la maison. Enfin, l’utilisation de phrases réconfortantes et de temps de qualité supplémentaire pour atténuer l’anxiété de séparation de votre enfant peut contribuer à éviter les difficultés au moment du coucher. En appliquant ces trois conseils sur le sommeil des tout-petits, vous devriez voir votre petit commencer à faire des siestes plus facilement !

 


Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 116

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 120

Notice: Trying to access array offset on value of type null in /home/sites/santefacile/wp-content/themes/blt-katla/inc/acf/core/input.php on line 121