Que dire aux petites filles au lieu de « Tu es si jolie » ?

Ce week-end, ma fille, qui a huit ans, a participé à un tournoi de football extraordinaire. Elle s’est démenée, a fait des passes intelligentes et stratégiques et a effectué de superbes centres devant le but. Elle a également marqué sept fois, aidant son équipe à remporter la finale et à ramener le trophée à la maison.

Puis quelqu’un (dont je tairai le nom), alors que j’étais en train de vanter les mérites de son jeu, m’a interrompu : « Et devine quoi ? Pendant que tu jouais, un groupe de garçons s’est arrêté et t’a montré du doigt en disant : « Qui est cette fille ? Elle est si mignonne. »

Non seulement c’était un mensonge (c’était un tournoi exclusivement féminin, les seuls garçons présents étaient quelques jeunes frères qui s’ennuyaient, rivés à leurs appareils), mais cela impliquait qu’elle devait être plus excitée par les garçons qui la trouvaient mignonne pendant qu’elle jouait que par son jeu réel. Il n’y avait aucune intention de nuire, bien sûr ; c’était la version de cette personne d’un compliment. Mais pourquoi, s’il vous plaît, ma fille forte, rapide et féroce qui vient de botter des culs dans deux matchs consécutifs devrait-elle être excitée par le fait d’être mignonne pendant qu’elle le fait ? (Aussi : elle a huit ans.)

L’idée que l’attention d’une fille devrait être détournée de ses exploits pour être heureuse que les garçons la regardent est évidemment archaïque et absurde. Le seul point positif de cette interaction est que ma fille n’avait heureusement aucune idée de ce dont cette personne parlait, ni pourquoi elle devrait s’en soucier. Cela m’a permis de savoir, au moins, que ce type de louanges basées sur la beauté n’est pas sur son radar. Du moins, pas encore.

Mais cela m’a rappelé que la façon dont nous parlons traditionnellement aux jeunes filles, et les messages toxiques qu’elle véhicule, sont au mieux gênants, au pire destructeurs de confiance. L’importance traditionnelle accordée à l’apparence des filles lorsqu’elles sont petites peut faire en sorte que leur apparence soit un facteur déterminant de leur estime de soi à l’âge adulte. La National Organization for Women rapporte qu’à l’âge de 13 ans, plus de la moitié des filles américaines ne sont pas satisfaites de leur corps (ce chiffre passant à 78 % à 17 ans). De même, le Good Childhood Report 2016 de The Children’s Society a révélé que plus d’un tiers des filles âgées de 10 à 15 ans au Royaume-Uni sont mécontentes de leur apparence.

Le plus délicat, c’est que les enfants sont super mignons. Il est difficile de ne pas complimenter les enfants sur leur apparence quand ils sont tout beaux (surtout quand leurs cheveux sont ornés de nœuds, que leurs pieds claquent dans des Mary Janes, ou que vous aimez sincèrement leur vernis à ongles étincelant). Nous ne disons pas qu’il ne faut jamais complimenter ces choses, mais il faut éviter de se concentrer sur la beauté au détriment de la célébration des autres qualités de l’enfant (intelligence, énergie, réflexion ou curiosité, pour n’en citer que quelques-unes).

Il ne s’agit pas de faire honte à quiconque utilise ces phrases toutes faites ; c’est la façon dont la société nous a appris à parler aux filles et aux femmes. (Si je peux aller à un club de lecture sans que la coupe de cheveux, les vêtements, le maquillage, le sac à main ou les boucles d’oreilles de quelqu’un soient mentionnés dans les cinq premières minutes, alors je suis morte). Le but est d’apporter des alternatives aux tropes classiques basés sur l’apparence qui roulent si facilement sur nos langues lorsque nous parlons aux petites filles.

La prochaine fois, plutôt qu’une litanie de : « Tu es si mignonne », « J’adore ta robe », « Quelle princesse tu es », « Regarde tes jolis ongles » et l’affreux « Combien de petits amis as-tu ? », essayez une ou plusieurs de ces alternatives pour vous rapprocher des petites filles de votre entourage.

Ce que vous pouvez dire au lieu de commenter l’apparence d’une petite fille
C’est tellement agréable de te voir ! (Période.)

Qu’est-ce que tu lis ces jours-ci ?

Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans ce livre ?

Quand j’avais ton âge, mon livre préféré était __.

Quelle est ton émission/film préféré ?

Comment se passe le piano/le ballet/le karaté ?

Quelle est ton activité préférée en ce moment ?

As-tu un jeu de société préféré ?

Quels sports aimes-tu pratiquer ?

Qu’as-tu fait aujourd’hui ?

On dirait que tu es très bon sur __.

Qu’as-tu fait de gentil aujourd’hui ?

J’aimerais voir ton jouet préféré. Peux-tu me le montrer ?

Est-ce que tu joues à des jeux vidéo ? Quel est ton jeu préféré ?

Tu as l’air si heureux aujourd’hui ! À quoi penses-tu ?

Qu’est-ce que tu préfères à l’école ?

Si tu as du mal à ne pas complimenter une personne sur son apparence, essaie de ne pas te focaliser sur un jugement de valeur comme « joli », « beau » ou « mignon », mais plutôt sur des déclarations descriptives et neutres. Des choses comme :

Wow, tu portes tellement de violet ! C’est ta couleur préférée ?

Ces chaussures sont cool. Est-ce qu’elles sont lumineuses ?

Tu as choisi cette tenue toi-même ?

Ce pull a l’air si confortable.

J’adore les paillettes. Je peux t’emprunter ta chemise un jour ?

J’avais des chaussures/une robe/des pinces à cheveux exactement comme ça quand j’étais petite.

Je parie que ces baskets t’aident à courir très vite, n’est-ce pas ?

Espérons qu’en mettant moins l’accent sur l’apparence et en redirigeant les regards vers leurs qualités et intérêts intérieurs, nous pourrons désapprendre aux filles que leur apparence est la chose la plus visible et la plus importante à leur sujet.